Brognardises

01 avril 2010 | 0 Comments | Tags: , ,

IC_Affiche Brognardises.png

IC_Brognardises Logo.png

Une création collective et originale de l’Improbable Compagnie


Hubert Brognard est agent-comptable. Sa vie, parfaitement réglée est rythmée par les sonneries : celle de son réveil-matin, du métro et celle de Topalov Entreprises. Mais lorsque l’imaginaire prend le relais, la course est guidée par deux étranges personnages qui construisent les vies, réelle et rêvée, de Brognard et ses Brognardises. Et si le rêve devenait un exutoire à toutes les persécutions et les frustrations ? Et si Brognardises était le reflet déformant de nos pires instincts et de nos plus douces folies ?

Premiers articles d’Armelle Heliot, critique au Figaro et au Masque et la Plume :
Urgence jeunesse: « Brognardises »
Rideau Rouge : les amateurs ont du talent

Critique de Steven Petitpas sur Evene.fr :
Une belle leçon de théâtre, tout simplement

Résumé de la pièce

Hubert Brognard est agent-comptable. Sa vie, parfaitement réglée est rythmée par les sonneries : celle de son réveil-matin, celle de son carillon et celle de l’ascenseur, celles du métro et de Topalov Entreprises. Ces sonneries pourraient être insupportables. Pourtant, pour Monsieur Brognard, elles sont une bouffée d’oxygène, comme autant de secondes subtilisées à sa perpétuelle routine.  Par leur comportement odieux et nauséabond, délibéré ou non, les personn(ag)es qui habitent le quotidien d’Hubert sont les acteurs de la plus monstrueuse et la plus ordinaire des oppressions.
Dans un univers incroyablement banal, Brognardises tombe les masques et dévoile les dessus et les dessous d’une réalité pas toujours belle à voir. Lorsque l’imaginaire prend le relais, la course est guidée par deux étranges personnages qui construisent les vies, réelle et rêvée, de Brognard et ses Brognardises. Et si le rêve et le fantasme, avec tous leurs oripeaux,  étaient plus tolérables que cette vérité simpliste ? S’ils devenaient un exutoire à toutes les persécutions et les frustrations ? Mais si tout cela échouait, et que la seule solution devenait de gagner un combat joué d’avance contre une bouteille de gin, sa sobriété et sa dignité ?

Texte : Flora Donars
Mise en scène : Mylène Ibazatène, assistée de Flora Donars

Avec :
Anne Charlotte Bertrand – Nathalie Topalov
Ariane Blaise – Clémentine
Hugo Combe – Hubert Brognard
Loreleï David – Lilith
Laura Isaad – La femme de ménage
Florent Lumbroso – Sylène
Magali Massain / Nolwenn Mahet – Capucine Brognard
Maxime Touron – L’homme du métro
Dounia Yazidi – Catherine Legrand

Thomas Beele – Lumières
Kuba Olszak – Son
Dounia Yazidi – Costumes
LoreleÏ David – Décors

Merci à
Sarah Yeghiazariantz – Scénographie
Alice Fournier / Pascal Blaise – Photos
Lucie Audau

Leave a Reply